Partagez
 

 Tybalt Lioncourt - Real voodoo child

Aller en bas 
Tybalt Lioncourt
Tybalt Lioncourt
Seer - Level 2
Admin
Age : 34 ans
Date de naissance : 29/02/1984

Métier : Intermédiaire de Mme Lioncourt, guide touristique & gérant d'un fight club
Résidence : Propriété Lioncourt dans le Bayou
Côté coeur : Se demande si il est en train de tomber amoureux de Maxine ou si ce n'est qu'une passade comme toutes les autres...
Informations : ✚ 5e fils d'une prêtresse vaudou ✚ puéril et insouciant pour cacher son mal-être profond ✚ n'hésite pas à jouer à l'idiot quand ça lui sert ✚ n'a pas été à l'école, a été éduqué par sa mère et sa tante ✚ a tué par accident sa petite amie quand il avait 16 ans ✚ n'a pas vraiment de tabou à propos de la mort ✚ fait régulièrement disparaitre des corps dans le Bayou ✚ ne croit pas vraiment aux histoires de vaudou, ni à l'amour non plus ✚ une croix renversé tatouée sous le poignet droit, le vévé du Baron Samedi entre les omoplates et a une grande balafre le long de son flanc droit ✚ mesure un bon mètre quatre-vingt-quinze pour quatre-vingt-cinq kilos ✚
Pouvoirs : Création d'hallucinations horrifiques dans l'esprit des gens

Arrivé(e) le : 08/10/2018
Messages : 248

Avatar : Adam Driver

Tybalt Lioncourt
Age : 34 ans
Date & lieu de naissance : 29 février 1984, à la Nouvelle-Orléans

Métier : Intermédiaire de Mme Lioncourt, guide touristique sur la propriété & gérant du fight club Lioncourt
Classe Sociale : Plutôt aisée
Orientation sexuelle : Bisexuel
Situation amoureuse : Célibataire encore et toujours

Avatar : Adam Driver
Crédits : ava : Akhee / gif : giphy

Caractère & Physique
Etrangement, Tybalt n'a pas grand chose de commun avec sa mère, que ce soit au niveau du caractère ou du physique. Le seul point commun qu'il ait avec elle est sa grande taille, comme pour le reste de sa famille d'ailleurs. Il mesure un bon mètre quatre-vingt quinze et est plutôt bien bâti, puisqu'il pèse autour de quatre-vingt-cinq kilos et qu'il est finement musclé. Il a une présence naturelle qui s'impose aux gens, de par sa taille principalement, mais ce n'est pas vraiment de sa faute et il ne tente pas de renforcer cette présence. Assez massif donc et voyant donc, il n'en est pourtant pas pataud et a une grande maitrise de ses gestes et de ses mouvements. Son visage, un peu allongé, n'en reste pas moins séduisant, encadré par des cheveux mi-longs très noirs. Tybalt porte depuis quelques années déjà le bouc et la moustache, qui lui donnent un air moins juvénile et rend son visage moins long. Sa bouche est assez large, son nez plutôt allongé et ses grands yeux bleus sont surmontés par d'épais sourcils noirs. Il a un visage très mobile, exprimant beaucoup de choses, comme ses yeux dans lesquels se reflètent énormément d'émotions et de sentiments. Sa peau est assez pâle, peu marquée par la vie encore, même si il a quelques cicatrices et tatouages sur son corps. Notamment, Tybalt a une longue balafre qui part du haut des côtes sur son flanc droit et redescend jusqu'à ses abdominaux, un souvenir d'adolescence peu agréable. Il s'est aussi fait tatouer une croix renversée sous le poignet droit ainsi que le vévé du Baron Samedi entre les omoplates. Vestimentairement parlant, Tybalt fait peu d'efforts et s'habille un peu avec ce qu'il trouve dans son placard. Il sait être élégant quand il le faut mais n'aime pas particulièrement cela. Le seul moment où il fait vraiment des efforts, c'est pendant les tours du Bayou et de la propriété de nuit, où il se costume en vaudou typique pour faire le guide touristique qui fait peur.

Que dire du caractère de Tybalt exactement...? Oh il y aurait sûrement plein de choses à dire de lui, si on cherche un peu, bien entendu. Mais Tybalt se définit lui-même comme quelqu'un de peu intéressant, un homme comme les autres d'après lui. Enfin...Un homme comme les autres qui acceptent cependant de diriger un fight club à la propriété Lioncourt, joue au vaudou pour faire peur aux touristes et est l'esclave adoré de sa mère...Mais tout ça, c'est la surface, ce n'est pas vraiment Tybalt, on est d'accord. C'est avant tout un jeune homme qui a toujours été adoré par sa mère mais un peu plus dénigré par ses grands frères. Déjà parce qu'il était le benjamin mais surtout parce qu'il était le préféré, le fils d'un homme que personne de la famille n'a jamais connu. Le préféré de sa mère mais aussi celui qu'elle veut le plus garder avec elle, jamais elle ne le laissera partir et serait prête à vendre son âme pour le garder à jamais. Son âme à lui bien entendu. Tybalt aime sa mère, comme n'importe quel fils. Il voudrait pouvoir partir, vivre sa vie, mais sa mère a de quoi faire pression sur lui, de quoi l'envoyer en prison jusqu'à la fin de ses jours, si ce n'est dans le couloir de la mort. En général, Tybalt est assez mystérieux sur lui, il ne parle pas trop de sa vie, de ce qu'il est ou ce qu'il ressent. Ou alors il faut le faire beaucoup boire. Quand il est vraiment saoul, il commence à parler, à raconter sa vie, à se confier...Et comme il oublie tout le lendemain, tout va bien ! Mais au fond, Tybalt est un homme un peu torturé, qui voudrait mener une vie bien à lui, peut-être rencontré l'amour et former un semblant de famille, pour palier à sa propre famille dysfonctionnelle. Il a peur de ne jamais pouvoir y arriver et n'en parlera à personne, surtout pas aux gens de sa famille. Il est jaloux de ces frères qui ont pu fuir, partir loin de leur empoisonneuse de mère mais ne peut rien y faire. Pour cacher tous ses problèmes, tout ce qu'il ressent, Tybalt n'a de cesse de plaisanter, de faire le crétin et de jouer sur son côté vaudou et guide pour faire peur, séduire ou s'amuser. C'est ça qui le caractérise avant tout, il s'amuse tout le temps, il semblerait. Au fond, il aime bien son poste de guide mais moins d'être la marionnette de sa mère pour aller parler aux clients ou aux gens, c'est désagréable pour lui d'être traité de la sorte. Il ne peut cependant rien y faire. Tout ce qu'il peut faire, c'est profiter quand il en a l'occasion et s'amuser, c'est à peu près tout. Tybalt a quelques petites addictions, pas bien méchantes, mais qui pourraient bien lui nuire dans le futur. La première, c'est qu'il est accro aux sodas, il en boit tout le temps, particulièrement du Mountain Dew. Mais il boit aussi de la bière et de l'alcool plus fort régulièrement, faut pas déconner ! Il adore les bonbons également et a souvent des m&m's qui trainent dans les poches.
Pouvoirs
Tybalt a un pouvoir qui agit directement sur l'esprit des gens autour de lui. Il peut créer des illusions directement dans l'esprit des gens, des hallucinations qui reprennent directement leurs pires peurs. Son pouvoir puise dans l'esprit des gens pour aller directement trouver ce qui leur fait le plus peur, ce qui les terrifie jusqu'à les paralyser, jusqu'à les rendre inoffensifs. Les victimes de ce pouvoir ont dont une hallucination, plus ou moins intense, plus ou moins longue, de leur pire peur, sans pouvoir discerner réalité et hallucination. Cependant, Tybalt lui ne sait pas ce que sont les peurs des gens, il ne voit pas les hallucinations qu'il provoque. Il sait que les gens voient quelque chose, il sait quand son pouvoir est actif mais il n'est pas un télépathe et ne voit donc pas dans l'esprit des gens.
Histoire
04 Janvier 1990
L'ancien quartier des esclaves était quasiment à l'abandon, il n'y avait plus personne pour vivre dedas, même si cela faisait déjà bien longtemps que ce n'était plus des esclaves qui occupaient les baraquements. Les hautes herbes avaient envahi les chemins, la place entre les maisons sur pilotis et tous les endroits où elles pouvaient se développer. Le bois des bâtiments avait pris l'eau et pourrissait lentement, certains planchers étaient même tellement troués qu'ils ne soutenaient plus rien ou qu'un homme adulte pouvait passer par les trous les plus gros et entrer dans les maisons. Plus personne ne s'en occupait vraiment, les Lioncourt n'avaient plus le temps ni les moyens de s'occuper de ce coin de la propriété et le laissaient dépérir lentement.

Mais ces hautes herbes, cette ambiance singulière et cette odeur de bois moisi et de marécages avaient des atouts incroyables pour qui savait en voir les avantages. Tybalt les voyait lui. A six ans, il voyait dans ces hautes herbes et ce rassemblement de baraques délabrées un théâtre parfait pour ses jeux d'enfants, pour partir à l'aventure. Il adorait jouer dans le coin, il pouvait s'imaginer des centaines d'histoires, toutes différentes à chaque fois. Un jour, il pouvait être un aventurier dans la jungle, le lendemain, un explorateur en Afrique. Il n'y avait jamais de fin aux histoires qu'il était capable de s'inventer, il pouvait créer encore et encore, jusqu'à ce qu'on lui dise de rentrer enfin à la maison, pour le diner ou pour que sa tante lui fasse la classe, avec les jumeaux.

La tête brune de Tybalt sortit soudain des hautes herbes, il tenait un bâton comme si il s'agissait d'un fusil et visait vers une mouette, tranquillement posée sur un poteau. Mimant le bruit du coup de feu, il fit peur à l'oiseau qui s'envola en criant et le gamin s'écria un "raté !" avant de continuer à progresser dans les hautes herbes en baissant à nouveau la tête. Il était un chasseur, à la recherche de trophées pour ramener chez lui, perdu dans une région sauvage...Jusqu'à ce qu'il entende la voix de Marcus, de quinze ans son aîné, qui l'appelait en lui disant de rappliquer. Il n'avait pas envie de rentrer, que ce soit pour diner ou travailler, il voulait rester dans son monde, loin de ces frères qui se fichaient de lui et de sa mère qui le voyait comme un bébé à protéger…

Quand son frère haussa encore la voix, il dût pourtant se rendre à l'évidence et sortir des hautes herbes pour retrouver son frère. " Dépêche toi aller, maman veut te voir, " dit-il sans être très aimable. Le gamin emboita le pas rapide de son grand frère, étant presque obligé de courir pour pouvoir le suivre tellement il y avait une grande différence de taille entre l'ainé et le benjamin. Il n'aimait pas trop Marcus, il n'était pas vraiment sympa avec lui. En général, il lui parlait durement et ne lui laissait pas de seconde chance quand le gamin faisait des bêtises ou des erreurs. Marcus n'avait beau avoir que quinze ans, c'était lui qui servait de père à Tybalt, en quelques sortes, vu que son père à lui était dieu sait où...Sa mère refusait d'en parler et il n'avait même jamais vu la moindre photo de lui.

Arrivé à la maison, Tybalt remarqua que ses autres frères étaient dans le salon, avec leur mère. Il se passait quelque chose. Le benjamin fila s'asseoir à côté de ses frères, Marcus prit place à l'autre bout, ils se rangeaient toujours par âge, étrangement. Leur mère les regardait sévèrement, comme souvent, posant sur eux ses grands yeux bruns. Elle semblait mécontente, quelque chose n'allait pas, il le voyait bien. Elle se mit à parler. L'un d'eux avait volé une de ses poupées vaudous qu'elle utilisait avec les clients. Elle voulait savoir lequel avait fait ça, sinon ils seraient punis tous les cinq. Et quand Marcus était puni alors que ce n'était pas sa faute, il s'en prenait toujours aux autres jusqu'à sortir sa frustration. Il était plutôt colérique…

Aucun des enfants ne parla. Aucun d'eux ne se dénonça. Ils étaient comme ça dans la fratrie, toujours unis même si ils n'étaient pas forcément toujours en harmonie. Il n'y avait bien qu'avec le petit dernier que ce n'était pas le cas, mais Tybalt savait qu'il n'avait rien fait de mal, ils n'allaient pas le balancer pour éviter la punition, ce n'était pas leur genre.

15 Août 1993
Marcus était parti. Il avait quitté la maison pendant la nuit et il était totalement introuvable. Tybalt avait neuf ans et se sentait un peu perdu sans son grand-frère, sans celui qui avait toujours représenté un père pour lui. Il restait collé aux jumeaux, pour éviter de se retrouver seul ou de croiser sa mère, qui était dans tous ses états. Joséphine était folle, de chagrin mais surtout de rage, et elle hurlait sur tous ceux qui l'approchaient sans nouvelle de son aîné. Mais Apollinaire et Marius aussi étaient tout chamboulés par l'absence de leur grand frère, aucun des deux ne savait pourquoi il était parti ni où il pouvait bien se trouver. Personne ne savait en réalité. C'était bien ça le problème de leur mère, personne n'avait la moindre idée d'où se trouvait le frère et de ce qui lui avait pris de quitter la maison familiale alors qu'il avait tout juste vingt-trois ans.

Enfin...Personne ne savait...Tybalt savait pourquoi il était parti en réalité. Il l'avait entendu en parler au téléphone avec quelqu'un. Tybalt souffrait d'insomnies, un problème que les médecins ne savaient pas régler, comme sa mère d'ailleurs. Il dormait peu et se baladait souvent la nuit pour s'occuper, même si sa mère lui avait dit mille fois de rester dans sa chambre et de ne pas se promener dans la demeure familiale comme ça au milieu de la nuit. Mais lui, il s'en fichait. Parce qu'il s'ennuyait dans sa chambre, il préférait aller chercher des livres dans la bibliothèque de sa mère ou voir ce que faisaient ses frères que de rester tout seul dans sa chambre à attendre le matin. Des fois, il sortait même de la maison pour aller voir le clair de lune.

Le gamin avait entendu son frère au téléphone peut-être une semaine plus tôt. Il disait qu'il n'en pouvait plus de leur mère, qu'il risquait de la tuer si il ne partait pas. Il devait partir, il devait quitter cette maison, cette propriété, même si il était obligé de laisser ses frères avec cette vieille sorcière. C'étaient les mots exacts qu'il avait utilisés. Tybalt avait eu peur que son frère le découvre, qu'il le punisse. Alors il n'avait rien dit, pas bougé, pas fait un bruit, se demandant ce qui se passait...Il avait entendu son frère dire des mots rassurants, sur un ton qu'il ne lui avait entendu jusqu'à présent. Il finit même par prononcer des mots totalement inconnus au petit garçon : "moi aussi je t'aime". Personne ne disait ça dans sa famille, pas même sa mère. Alors entendre Marcus dire ça à quelqu'un au téléphone !...

Bien sûr, il savait que quelque chose allait arriver. Il s'en était douté. Mais que pouvait-il faire ? Il ne pouvait pas en parler à sa mère, il serait puni et son frère aussi. Et ça ne ferait qu'empirer la situation. Alors il n'avait rien dit. Et maintenant, son frère était introuvable, sa mère folle de rage et ses autres frères inquiets. Il comprenait bien entendu pourquoi Marcus était parti. Leur mère était une harpie, une sorcière comme il l'avait dit lui-même, et il était difficile de rester avec elle. En plus, Marcus était amoureux, un concept étrange pour Tybalt, mais il savait que l'amour pouvait faire faire des choses qu'on ne comprenait pas, des choses qui semblaient illogiques, voir dangereuses. Quitter le domaine Lioncourt sans prévenir et sans laisser de trace était assurément une chose dangereuse que l'amour avait faite faire à son frère…

Marcus ignorait juste qu'en partant, le benjamin aurait aussi des problèmes...Joséphine passa dans la chambre où les quatre garçons s'étaient à moitié cachés, pour jouer, pour se faire discrets, se faire oublier de leur mère furibonde. Mais ça n'avait pas marché. Elle ne put manquer le regard fuyant de son petit dernier, son attitude agitée, son air absent, comme si il n'espérait qu'une chose : qu'elle file sans s'occuper de lui. Elle entra à grands pas dans la chambre et l'attrapa par le bras pour lui hurler dessus, lui demandant où était Marcus et pourquoi il était parti. Tybalt se mura dans le silence, ses yeux s'emplissant de larmes. A chaque fois que sa mère criait, il contenait de plus en plus difficilement ses sanglots, jusqu'à éclater et pleurer à chaudes larmes et grands cris. Ses frères assistèrent à la scène sans bouger d'un poil, sans oser dire un mot, fixant le petit garçon sans vraiment comprendre ce qu'il savait ou non.

Tybalt finit par cracher le morceau, secoué par sa mère comme un prunier. Ce fut entre des sanglots, reniflements et autres bruits de petit enfant en pleurs qu'il dit à leur mère que Marcus était parti parce qu'il aimait quelqu'un. La gifle qu'il prit, il s'en souvint toute sa vie. Comme le regard noir de sa mère. Et le fait qu'elle ne lui adresse plus la parole pendant pratiquement un mois après ça. Comme ses grands frères, déçus qu'il ait balancé Marcus. Ce fut difficile. Être ignoré de tous, à piquer dans le frigo quand personne ne le voyait parce que personne ne se donnait la peine de lui faire à manger. Une chose était certaine : Tybalt ne balança plus un seul secret après ça.

04 Juillet 2000
L'an deux mille était arrivé sans qu'il ne se passe le bug informatique annoncé. Pas de fin du monde, pas de crash terrible qui réduirait la bourse ou l'informatique à néant, rien de tout ça. Juste un nouvel an normal. Et maintenant, c'était l'été. Un été chaud, comme toujours, mais agréable. Enfin, agréable pour les natifs de la Nouvelle-Orléans, surement un peu moins pour les touristes en fait. Tybalt lui n'avait jamais eu de mal avec la chaleur. Et cette nuit promettait d'être chaude, encore plus que la journée ! Pourquoi ? Parce que Tybalt était avec Emily. Elle était gentille, douce et très jolie, c'était la sœur d'un ami d'Elias, qu'il avait vu plusieurs fois auparavant. Et pour la fête nationale, il avait eu le cran de lui demander de sortir avec lui, d'aller voir le feu d'artifice ensemble, de diner tous les deux...Il en était absolument ravi et passait une soirée géniale.

Ils étaient allés diner dans un restau du coin, un truc typique cajun que Tybalt adorait et qu'il savait qu'Em aimerait aussi. Après tout, elle était de la Nouvelle-Orléans également, elle parlait cajun aussi, elle avait le même genre d'habitudes que lui. Et elle avait adoré le restaurant d'ailleurs. Après ça, il y avait eu le feu d'artifice pour la fête nationale, qu'ils avaient regardé depuis les berges du Mississippi, tranquillement allongés sur une couverture, à boire de la bière même si aucun d'eux n'avait l'âge légal pour ça. Ils étaient dans un coin difficilement accessible mais d'où on voyait très bien la ville et ils étaient seuls. Alors, avec la bière, l'ambiance et la soirée agréable qui s'était déroulé, les deux jeunes en vinrent vite à une étape plus sérieuse. C'était leur première fois à tous les deux. Ce fut un peu maladroit, mais agréable, surtout avec la douce chaleur qui régnait encore dans l'air nocturne de Louisiane.

Tybalt était paisible et heureux, ses mains caressant doucement la peau couleur café d'Emily. Ce moment aurait pu durer éternellement qu'il n'aurait pas été plus heureux. Mais il fallait bien partir à un moment, la jeune fille n'avait pas toute la nuit et la permission donnée par son père n'allait que jusqu'à minuit. Aucun d'eux n'avait envie de partir mais ils se levèrent finalement pour se rhabiller, retournant vers la vieille voiture de Tybalt, qui les ramènerait tous les deux chez les parents d'Emily. En arrivant à la voiture, Tybalt vint prendre la jeune femme dans ses bras une dernière fois, lui murmurant qu'ils avaient encore le temps, qu'ils pouvaient bien rester un peu plus longtemps. Elle rit, lui assurant que non, il n'y avait pas le temps de refaire quoi que ce soit et qu'il fallait rentrer.

Depuis le temps, l'adolescent avait appris à supporter qu'on lui dise non. Même si il n'aimait pas qu'on le lui dise, il respectait, il faisait ce qu'on lui disait et un non, de sa mère ou d'un de ses frères, était un non ferme et décidé. Alors pourquoi ce non-là il décida de s'en moquer…? Lui-même ne pourrait l'expliquer, c'était une pulsion, qui le prit comme ça, qui le fit l'attraper par le bras pour la mettre contre le capot de la voiture. Il lui murmura qu'ils avaient le temps, que ce n'était pas la peine de vouloir rentrer si vite. Elle se débattit, il la retint, mais pas assez fermement pour qu'elle ne puisse se défaire de lui. Elle le repoussa fortement et s'élança, pour le fuir mais...Elle trébucha et tomba à la renverse, avec un bruit mat et sec. Tybalt resta figé, attendant qu'elle se relève mais elle ne le fit pas. Elle resta au sol, sans bouger, sans faire le moindre bruit. En approchant, il vit qu'elle avait la tête contre pierre et que du sang coulait au sol. Sa tête avait heurté une pierre et cela avait fracassé son crâne, la tuant sur le coup.

L'adolescent était paniqué, il ne savait pas quoi faire, il respirait bruyamment et sentait que son cœur allait exploser dans sa poitrine. Tout ce qu'il put faire, sur le moment, fut de la mettre dans le coffre, évitant le plus possible de regarder son visage et la ramener à la propriété. Là-bas, il trouverait une solution. Il ne pouvait pas la laisser là-bas de toute façon. La voiture dérapa sur l'herbe devant la maison et il jaillit de la place conducteur pour aller au coffre. Restant devant un moment, il essayait de se dire que ce n'était pas arrivé, qu'elle n'était morte dans le coffre. Mais non elle y était et il le savait pertinemment. " Qu'est-ce tu fous ? " La voix dans son dos le fit sursauter et il se retourna d'un bloc. C'était Elias. Lui il pourrait peut-être l'aider. Tybalt l'implora de l'aider et de ne rien dire à leur mère, ni à personne. Et quand Elias vit le corps dans la voiture, il blêmit et engueula le benjamin, lui demandant en même temps ce qui s'était passé…

Les deux frères mirent quelques heures à se débarrasser d'elle, allant en bateau loin dans les marécages pour la laisser aux alligators. Elias jura de n'en parler à personne, Tybalt fit de même, ils se promirent que cette histoire était terminée et que plus jamais personne n'en parlerait. Ils ne rentrèrent à la maison que très tôt le matin, pour voir leur mère sur le pas de la porte. Comment avait-elle compris ce qui s'était passé, ça aucun d'eux n'en avait la moindre idée, mais elle le assura qu'ils n'avaient rien à craindre, qu'elle ne parlerait de cela à personne. Tant qu'ils faisaient ce qu'il fallait et restaient à ses côtés...Tybalt compris ce jour-là que cet accident allait lui coûter bien plus cher que quelques cauchemars…

31 Octobre 2004
Le soir d'Halloween à la Nouvelle-Orléans était un peu spécial, en particulier pour les Lioncourt qui adoraient tous cette fête où les morts dansaient avec les vivants. Depuis quelques annéees, les Lioncourt retrouvaient du poil de la bête. La propriété avait été rénovée et de nouveaux clients se pressaient pour avoir les sorts et prédictions de la grande prêtresse vaudou Joséphine Lioncourt, grâce à Elias et Tybalt, qui faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour attirer des clients. Même si les jumeaux s'étaient sauvé comme Marcus, Tybalt et Elias eux restaient avec leur mère. Il fallait dire aussi que deux meurtres dont elle pouvait parler et donner des preuves à la police, ça aidait ses deux fils à rester avec elle...

Mais le soir d'Halloween, rien de tout cela ne comptait. C'était un soir de fête et peu importait ce que leur mère faisait, ils avaient bien plus importants à l'esprit. Tybalt, depuis deux ans, s'occupait d'une excursion dans le Bayou le soir d'Halloween, un petit tour en bateau où il faisait peur aux touristes et natifs qui s'aventuraient sur la propriété Lioncourt. Pour cela, il enfilait un costume à queue de pie, un chapeau haut-de-forme et embarquait sur un bateau pour prendre les participants et leur faire l'historique macabre du marais. Il était doué, pour parler aux foules et faire peur aux âmes sensibles, un vrai showman quand il s'y mettait. Et c'était d'ailleurs une des activités qu'il adorait le plus faire sur la propriété !

Ce soir-là, tout s'était encore très bien passé. Il avait fait sensation et les participants étaient partis avec des visages blêmes, certains même en tremblaient encore. Lui, ça le faisait rire. Il aimait voir les visages flippés, les air affolés et les enfants qui se collaient à leurs parents pour se rassurer sans succès. Il était rentré à la maison, la nuit était largement entamé et la plupart des Lioncourt était dehors, à fêter dignement Halloween. Mais pas leur mère, pas ce soir, c'était un de ses rares jours de congé. Elle vint le retrouver au salon, s'asseyant à côté de lui en lui faisant signe de se rapprocher. Comme toujours quand elle lui faisait signe comme ça, il se pencha pour poser sa tête contre elle, câlinant sa mère qu'il ne pouvait s'empêcher d'aimer malgré tout ce qu'elle leur faisait, à ses frères et lui.

" Tu pourrais faire ça tout le temps. Les circuits horrifiques de la propriété Lioncourt. Je suis certaine que ça marcherait. " Tybalt était étonné. Sa mère ne le laissait que rarement faire ce qu'il voulait, alors lui proposer d'organiser toute l'année une excursion comme à Halloween...C'était fou ! Mais il n'hésita pas un instant, lui disant que ce serait vraiment bien si il pouvait faire ça et qu'il le ferait vraiment avec beaucoup d'attentions, que ça rapporterait de l'argent. Elle le lui fit promettre, promettre qu'il ferait tout ça sérieusement et qu'il rapporterait sa part d'argent comme ça. Il était déjà son intermédiaire, celui qu'elle envoyait pour discuter avec certaines personnes importantes, en menacer d'autres de payer leurs dettes...Il allait enfin pouvoir faire un vrai travail qui l'intéressait !

18 Mai 2014
Tybalt avait eu l'idée du fight club quelques semaines plus tôt, en voyant des types se battre à la sortie d'un bar et d'autres parier sur le résultat. Il avait mis un peu de temps à penser à organiser cela, où il pourrait le faire, comment, si il aurait besoin d'aide...En bref, il avait pensé à ça pendant des jours et des jours, ça l'obsédait presque. Il voulait faire cela, ouvrir un fight club sur la propriété, pour gagner de l'argent et entretenir la réputation du lieu. Tout le monde connaissait la propriété Lioncourt, les touristes comme les natifs, pour la prêtresse vaudou, pour les tours terrifiants la nuit dans le Bayou...Ça serait aussi connu pour le fight club dans l'ancien quartier des esclaves, voilà ce qu'il voulait. Il fallait encore le faire entendre à sa mère, ce fut pour cela qu'il mit autant de temps à l'ouvrir.

Mais le jour était enfin venu. Il allait pouvoir ouvrir le fight club, faire en sorte que les gens se battent et parient sur les combats, tout ça dans un décor glauque pour rendre le tout parfaitement malsain. Pourquoi ? Parce qu'on allait parler de ça, on allait se dire que c'était génial, illégal...En bref, ça allait marcher. Quand il put ouvrir, dans un des anciens baraquements, il y eut pas mal de monde, que ce soit pour se battre ou pour parier. Les curieux étaient venus nombreux, ne sachant pas à quoi s'attendre de prime à bord, ils furent tous extatique. Entendre les cris, les chocs de la chair contre la chair, l'explosion de joie et d'excitation qui régnait dans le baraquement...Oh oui ça plaisait à Tybalt. Et le paquet d'argent qu'il se fit aussi.

Elias n'était pas vraiment pour que cela dure, mais leur mère était d'un tout autre avis. Elle voyait là non seulement les gains mais aussi la réputation que ça leur ferait. Et ça...C'était inestimable. La propriété Lioncourt était redevenu ce qu'elle était du temps de sa grande époque, un lieu incontournable du vaudou à la Nouvelle-Orléans, connu pour sa prêtresse, son ambiance et tout le folklore qui s'y rattachait. Tybalt savait que ce n'était dû qu'à eux, Elias et lui, mais il savait aussi que sa mère s'en attribuait tout le bénéfice. Parce que c'était elle qui les avait fait rester. Parce que c'était elle qui les faisait chanter pour qu'ils s'occupent d'elle et du domaine. Cette vieille peau...Elle le regretterait un jour, il le savait, mais il ne pouvait rien lui faire pour l'instant…

03 Septembre 2018
Les sirènes de la police et des pompiers résonnaient dehors, ainsi que des cris et d'autres bruits étranges. Tybalt se réveilla, avec un mal de crâne terrible, dans les draps de Jack, un ami chez qui il passait régulièrement la nuit pour se détendre et s'amuser. Ils s'était couché tard, tous les deux, et avaient dormi longtemps, à ce qu'il semblait. Mais quand Tybalt se retourna, il ne trouva pas Jack dans le lit. Sa migraine était terrible, il avait la tête qui tournait légèrement et se sentait mal. Il appela à mi-voix son ami, se levant difficilement pour parcourir le studio des yeux. Jack n'était pas là, il ne répondait pas. Avec beaucoup d'efforts, Tybalt alla jusqu'à la fenêtre pour essayer de savoir ce qu'il se passait. Et il n'en crut pas ses yeux.

Dehors, c'était le chaos. Des animaux sauvages couraient dans les rues, après des gens qui crachaient du feu. Il y en avait même un qui surfait sur le bitume comme si c'était de l'eau ! L'homme s'écarta de la fenêtre, butant contre le canapé et tombant assis dedans. Sa migraine empira, d'un coup, ce fut comme si sa tête allait exploser. Il entendit alors crier, tout près de lui. Jack hurlait à la mort, il hurlait comme jamais il ne l'avait entendu, mais il reconnaissait bien la cause du cri : la terreur. Jack semblait terrifié par quelque chose. Et quand Tybalt arriva sur le pas de la porte de la salle de bain, il vit son ami à genoux par terre, en train de hurler, la tête dans les mains, les yeux exorbités et le visage empreint d'une peur fulgurante.

Ce qui frappa Tybalt cependant fut que le corps de Jack semblait fait d'acier. Il trébucha en reculant, tombant au sol, paniqué. Il n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait, il ne comprenait rien du tout ! Son instinct et ses sens lui hurlaient de foutre le camp, de partir et de rentrer chez lui au plus vite. Mais le chaos qui régnait dehors ne l'y incitait pas vraiment...Il ne voulait pas tomber nez-à-nez avec un ours ou un lion comme il avait vu dans la rue ! Il referma la porte de la salle de bain, la claquant sauvagement et retourna dans un fauteuil, la tête dans les mains. La douleur qu'il ressentait le fit pleurer tellement elle était intense et il resta là, prostré sur le canapé à ne pas savoir quoi faire, à souffrir en pleurant et en gémissant.

Pendant des heures, ce fut comme ça. Pendant des jours, il n'y eut pas d'explications. Mais Tybalt comprit enfin. Ils avaient appelé ça le Black Out. C'était dingue, ahurissant même, un truc qu'on n'aurait pas pu imaginer s'était produit. Tout le monde avait des pouvoirs...Il fallut quelques jours à Tybalt pour comprendre ce que lui, il était capable de faire. Jack s'était évident, il se changeait en acier. Mais lui, le vaudou, que faisait-il ? Il provoquait des hallucinations horrifiques dans l'esprit des gens. Un don violent dont avait d'ailleurs été victime Jack...Dès que ce fut possible, Tybalt retourna chez lui, s'assurer que sa famille allait bien. Certains cousins avaient été blessés, d'autres carrément tués par ce qui s'était passé...Mais au moins, Elias allait bien. Ses autres frères également. Et leur mère aussi. C'était déjà ça…
Pseudo : Akhee
Age : 27 ans
Disponibilités : Régulières
Comment avez vous connu le forum ? J'en ai pas la moindre idée Kam

_________________


Voodoo Child
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yabf-rpg.forumactif.com/t34-tybalt-lioncourt-real-voodoo-
 
Tybalt Lioncourt - Real voodoo child
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» real nan cho
» Real Life Bolter!
» Chelsea - Real Sociedad
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Cuba's SANTEROS. Vodouwizan Kiben.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born freak :: Papiers administratifs :: Cartes d'identité :: Fiches validées-
Sauter vers: